Petits Maux De La Grossesse : Diarrhée et Constipation.

Nous poursuivons notre série sur les petites joies de la grossesse. Notre sujet du jour traite de symptômes pas très glamours, très souvent tabous mais bien présents chez la majorité des femmes enceintes. Alors on dédramatise, on en parle sereinement à son médecin et en attendant, nous vous donnons quelques astuces.

Nous commençerons par la Diarrhée : 
C’est un symptôme assez fréquent et assez peu gênant pendant la grossesse, surtout au début et à la fin. Vous pouvez aisément vous en soulager en suivant certaines règles diététiques simples, comme consommer des carottes cuites, du riz cuit à l’eau, du chocolat noir et des bananes ; ou encore éviter les aliments riches en fibres.

Tant que les épisodes diarrhéiques restent modérés, faits uniquement de selles molles (sans sang par exemple), ce symptôme n’est pas inquiétant mais si :
– D’autres signes s’y associent (comme du sang dans les selles, ou apparition d’une fièvre ou de douleurs abdominales) ;
– Les selles deviennent trop liquides ou trop nombreuses par jour ;
– La diarrhée (même simple) ne répond pas aux règles diététiques,
il vous faudra consulter immédiatement chez votre médecin.

Sachez tout de même que certains risques sont plus importants que d’autres, la déshydratation étant le risque majeur, elle peut s’accompagner de troubles tels que l’hypokaliémie, donnant des crampes, des douleurs ligamentaires voir des troubles du rythme cardiaque), alors pensez surtout à vous hydrater (2L/jour) et n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin au moindre doute.

La Constipation :
C’est l’un des petits maux les plus fréquents de la grossesse. Environs 1 femme enceinte sur 2 en souffre, soit dès le début de la grossesse (celle ci aggravant une constipation préalable), soit d’apparition plus tardive.

C’est un ralentissement tu transit intestinal accompagné des selles déshydratées (dures).

Classiquement, on parle de constipation lorsque le nombre d’élimination est inférieur à 3 selles par semaine.
Elle peut être accompagnée de crampes dans le ventre, de ballonnements, de douleurs lors de la défécation voir d’hémorroïdes.

Ses causes sont, de la plus importante à la moins importante :
– Effets des hormones des la grossesse (Progestérone) ;
– Diminution de l’activité physique surtout au 3e trimestre ;
– Pression exercée par l’utérus+bébé sur les intestins ;
– Modifications du régime alimentaire ;
– Traitement ou supplémentation en fer (produits constipants).

De traitement aisé, la constipation ne doit pas vous gâcher la vie! Il suffit dans la majorité des cas de suivre ces simple règles hygiéno-diététiques :
– Boire abondamment (1.5 à 2 L / jour) éventuellement une eau riche en magnésium ;
– Favoriser un régime riche en fibres (pain complet, féculents complets, céréales et produits à base de céréales, légumes verts crus et surtout cuits, fruits frais ou cuits notamment figues, pruneaux etc)  ;
– Eviter la sédentarité, surtout au 3e trimestre et favoriser une activité physique modérée et régulière ;

Pour les traitements médicamenteux, la prudence est de règle. Les habitudes d’automédication doivent impérativement être connues et la durée des traitements courte voir ponctuelle. Un large attirail s’offre à nous, et le choix se fera sur le caractère aigu ou chronique de la constipation et des habitudes d’automédication de la femme.
Peuvent être utilisés :
– Les Mucilages (mais peuvent être à l’origine de ballonnements abdominaux et de reflux gastro-oesophagien) ;
– Les Laxatifs Lubrifiants (comme l’huile de paraffine), sur une courte durée car diminuent l’absorption de certaines vitamines (notamment A, D, E, K) ;
– Les Laxatifs Osmotiques, ponctuellement aussi car peuvent entraîner une diarrhée (par surdosage) et donc ses corollaires, la déshydratation et l’hypokaliémie ;
– Les Laxatifs Iso-Osmotiques à base de glycol ;
– Le Lactulose et le Lactitol ;
– Les Suppositoires à base de Glycérine ;
– Les Microlavements ;

Les laxatifs stimulants à base d’anthracéniques et les tisanes laxatives sont fortement déconseillés.

Dans tous les cas, il convient de consulter votre médecin si le problème est persistant ou s’il y a apparition de signes accompagnateurs (du sang, des hémorroïdes, douleurs abdominales importantes, alternance diarrhée/constipation), il vous examinera pour éliminer un problème plus importe et vous prescrira le traitement qui vous convient le mieux si votre traitement habituel n’a pas fonctionné.

Vous trouvez ça lourd à digérer? On s’arrête là, on révise bien tout ça et dans le prochain poste nous parlerons d’Hémorroïdes et de Ballonnements 😉

Une pensée sur “Petits Maux De La Grossesse : Diarrhée et Constipation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *