Petits Maux De La Grossesse : Et Si On Parlait De Votre Peau?

80% des femmes enceintes subissent des modifications cutanées durant leur grossesse, avec une grande variabilité d’une femme à l’autre et d’une grossesse à l’autre chez la même femme. Si certaines peuvent paraitre spectaculaires, la majorité reste bénigne, voire normale, « physiologique ».

Il ne faut cependant pas méconnaître une maladie de la peau qui peut se développer ou s’aggraver pendant la grossesse.

Les troubles cutanés les plus communément rencontrés durant la grossesse sont :
– Les Vergetures ;
– Le Masque De Grossesse ;
– L’Hyperpigmentation ;
– Les taches vasculaires.

Ils sont dûs aux modifications endocriniennes et immunitaires que subit la femme durant cette période. Les bouleversements hormonaux vont donc s’inscrire à travers ces petites marques sur notre peau.

Les Vergetures :
Les Striae Albae (stries blanches) sont des stries linéaires siégeant sur l’abdomen, les cuisses ou les seins, et touchent 60 à 90% des femmes enceintes. Elles apparaissent essentiellement entre le 6e et le 9e mois de grossesse, très rarement les premiers jours suivant l’accouchement.
Leur aspect et leur couleur changent en fonction de leur stade évolutif ; elles sont d’abord  rouges violacées puis s’estompent et finissent par devenir blanc nacré.
Elles sont définitives. Elles diminuent après l’accouchement en 3 à 4 mois, voir plus longtemps, sans totalement disparaître.

Leurs origines sont multifactorielles mais l’hérédité y est pour beaucoup, le type de peau, sa qualité et sa teneur en collagène et en élastine sont déterminants, la prise de poids rapide et importante pendant la grossesse aussi mais pas essentielle. Par contre il a été prouvé que le poids du bébé n’est pas du tout un facteur influençant.

Elles correspondent à des « fractures » du réseau de collagène au niveau du tissu qui siège sous la peau.

Beaucoup de traitements on été proposés afin de les prévenir ou de les traiter (crèmes topiques, Laser etc) mais aucun n’a prouvé son efficacité, méfiez-vous donc des propositions commerciales miracles.
La seule crème reconnue comme efficace dans leur prévention est contre-indiquée pendant la grossesse car a un potentiel « malformatif » non négligeable sur bébé.
 Une bonne hygiène de la peau est importante, et ce, en respectant les défenses naturelles de la peau (pas de produits détersifs, en particulier certains gels de douche). En cas d’hypersensibilité générale de la peau, il faut s’abstenir de savon et de gel douche, au profit de lait de toilette ou de lotions hydratantes.

 

Le Masque De Grossesse :
Appelé encore Mélasma ou Chloasma, il est constitué d’une pigmentation plus intense en nappe au niveau du visage. Il atteint 50 à 75 % des femmes enceintes et survient sur les zones les plus exposées au soleil, généralement à partir du troisième mois de grossesse (1er trimestre), chez les femmes à la peau mate, en période ensoleillée. Après l’accouchement, il s’atténue en 6 à 18 mois pour ensuite régresser totalement ou partiellement. Il peut reprendre à la prise de pilule combinée.

 Sa prévention consiste en l’application de crèmes solaires à indices élevés et en évitant de s’exposer au maximum. On évitera de prescrire des oestroprogestatifs chez ces patientes qui s’en plaignent.
Le traitement du chloasma constitué sera envisagé en l’absence de régression après plusieurs mois. Certaines crèmes que votre médecin dermatologue vous prescrira sont particulièrement efficaces.

 

L’Hyperpigmentation Généralisée :
Est la plus fréquente (80-90 %). Elle consiste en une exagération de la couleur de la peau, au niveau de plusieurs zones. Elle débute pendant le 1er trimestre de la grossesse et régresse de façon inégale selon les patientes. Elle est plus marquée chez les femmes brunes.
Elles s’estompent en quelques mois après l’accouchement et disparaissent en général en moins d’un an.

Elle peut être :
– Linéaire, sur la ligne blanche abdominale, donnant la fameuse ligne brune ou « linea nigra » ;
– En plaque sur le visage réalisant un « masque de la grossesse ».
– Localisée au niveau des grains de beautés et taches de rousseurs (nævi et  éphélides) qui foncent et peuvent se modifier ;
– Localisée au niveau des cicatrices et des la région mamelonnaire, qui foncent donc.
Elle concerne donc globalement toutes les régions classiquement plus pigmentées (plus foncées) : aréoles mammaires, régions ano-périnéo-génitale (vulve, anus et face interne des cuisses) et axillaire.

 Tout comme le mélasma, elle ne doivent être traitées qu’après l’accouchement si elles ne régressent pas spontanément en plusieurs mois.
La prévention passe par la protection solaire et le traitement par des crèmes dépigmentantes qui sont contre indiquées pendant la grossesse.

 

 Les Taches Vasculaires :
Elles sont dûs à l’augmentation du nombre et de la taille vasculaires chez la femme enceinte.

On distingue :
– Les angiomes stellaires  qui surviennent chez 70 % des femmes enceintes, et prédominent chez les femmes à peau blanche, sur le tronc, les membres supérieurs, le cou, le visage, notamment autour des yeux.
Ils réalisent une arborisation de petits vaisseaux centrés par un point rouge vif, apparaissant classiquement entre le 2ème et le 5ème mois de grossesse.
Leur nombre augmente jusqu’à l’accouchement.
Ils régressent habituellement très rapidement après l’accouchement (en moins de 2 mois) mais peuvent persister ou réapparaître lors de grossesses ultérieures, ou lors de prise de pilules combinées.

Tout comme les hyperpigmentations, on ne les traitera que si il ne disparaissent pas spontanément. Le traitement par électrocoagulation du point central à l’aiguille fine les fait disparaître. Le laser est un traitement efficace aussi de ces lésions.

– L’érythème palmaire est une rougeur au niveau des paumes des mains qui apparaît au cours du premier trimestre et disparaît dans la semaine suivant l’accouchement. Il disparait généralement sans bruit et n’a pas besoin dêtre traité.
Une seule mesure à observer, dépister la prise de Salbutamol qui peut en être la cause, il disparaîtra dans ce cas dès l’arrêt du traitement.

– Une instabilité vasomotrice est fréquemment observée, alternant pâleur et rougeur du visage, impression de froid et bouffées de chaleur.

– Un œdème tonique, ferme rosé persistant des paupières, rarement diffus à tout le visage peut apparaître en fin de grossesse. Une consultation est nécessaire afin de le différencier des autres oedèmes de causes graves.

– Un purpura (taches hémorragiques) au niveau des membres inférieurs peut être observé en fin de grossesse et est dû à l’augmentation de la fragilité et de la perméabilité capillaires.

– Le dermographisme urticarien est fréquent chez la femme enceinte, il consiste en une réaction allergique quasi immédiate qui retranscrit le trajet d’un ongle, un doigt ou un quelconque ustensile sur la peau.

A côté de ces affections dermatologiques physiologiques pour la plupart et bénignes pour le reste, il existent des affections graves qu’il ne faut pas méconnaitre ni négliger et pour cela je vous conseille de consulter votre médecin traitant dès l’apparition de :
– Démangeaisons ;
– Eruptions (boutons) ;
– Ou autres marques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *